Association Sportive

05 juil
05/juil/2019

Association Sportive

Focus de la semaine n°18 : l'escalade

Chaque semaine, l’AS met un sport, une équipe, un sportif ou un résultat sous les projecteurs. Cette semaine : l'escalade.

       

        Ces dernières années, quand on pense « escalade » et « INSA Lyon », c’est souvent le nom de Fanny Gibert qui revient. Il faut dire que la grimpeuse SHN obtient de très bons résultats sur la scène fédérale mondiale avec, par exemple, plusieurs podiums lors d’étapes de Coupe du Monde cette saison. Mais celle qui avait été élue « Sportive SHN de l’année » de l’INSA en 2015-2016 n’est que l’arbre qui cache la forêt. En effet, en parallèle, la section escalade s’est rapidement développée, notamment sous l’impulsion de Christophe Mignard, l’enseignant qui en est responsable depuis quelques années. Et au vu des projets en cours, elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin !

« Encore une belle saison pour la section escalade »

        Cette année, la section escalade a été particulièrement performante au Championnat de France universitaire (CFU) à Toulouse. La délégation qualifiée au CFU était importante (9 grimpeurs) et, outre deux finalistes en Vitesse et en Difficulté ainsi que des top 10 encourageants, plusieurs podiums sont également à recenser. Chez les hommes, Lucas Kaiser, étudiant en 5GM, remporte le titre en Bloc et termine 2e en Combiné (Bloc, Difficulté et Vitesse) tandis que chez les femmes, Lauranne Dufour, également en 5GM, finit 2e en Bloc (et 4e en Difficulté). Avec ces résultats, la paire insalienne se classe 2e en Combiné par équipe. Tous les deux quittent ainsi l’INSA sur une bonne note. La jeune femme explique : « C'était une très belle compétition avec une grosse équipe de l'INSA Lyon, vraiment une super compet’, qui vient finir en beauté nos années à l'INSA. »

        Le coach, Christophe, qui se montre évidemment satisfait des performances de ses étudiants dans un CFU qu’il juge « relevé avec la participation de certains membres des équipes de France Elite », ne réduit cependant pas l’escalade à ce CFU : « L'escalade ne se résume pas qu'à une pratique en compétition, c'est ce qui en fait aussi sa richesse. Nous avons fait un très beau stage de bloc dans la forêt de Fontainebleau au mois de novembre et plusieurs sorties sur les falaises de l'Ain et du Vercors au printemps. » En plus des bons résultats au CFU, c’est donc également au regard des stages et des sorties que l’enseignant émet finalement son avis sur cette année : « Encore une belle saison pour la section escalade ».

La pratique en extérieur en complément de la pratique en salle

        Attaché à la pratique de l’escalade en extérieur, Christophe souhaite inciter ses étudiants à se diversifier et se donne un objectif permanent : « Continuer à développer la pratique en milieu naturel car cela renforce la gestuelle et l'engagement ». Conscient qu’il perd plusieurs bons éléments cette année mais convaincu que les nouveaux venus sauront prendre le relais, il encourage ces derniers à varier la pratique, en salle et en milieu naturel : « Cette fin d'année marque le départ de cinq étudiants qui ont apporté beaucoup à l'AS, que ce soit Lauranne et Lucas en compétition, mais je pense aussi à Victor, Vincent et Joël pour leur très bon niveau de pratique en falaise et montagne. L'équipe rajeunit avec des grimpeurs talentueux et aussi de jeunes SHN. Ils vont tous progresser sur les deux murs d'entraînement et à la salle de bloc de M'Roc l'année prochaine car ils sont en général très motivés. Ils doivent aussi s'investir en falaise car cela développe d'autres compétences et renforce la motivation. »

        Ce message de l’enseignant passe généralement très bien auprès des étudiants, ravis de pouvoir aller se tester hors des salles lyonnaises, en particulier quand le temps est clément. « On se retrouve souvent pour grimper ensemble en extérieur, tout le monde est dans le même état d’esprit et c’est réjouissant », explique ainsi Batiste Allilaire, étudiant en FIMI2 qui pratique l’escalade depuis onze ans mais estime avoir surtout progressé depuis son arrivée à l’INSA. Héloïse Dauvillaire, étudiante en fin de FIMI1 qui a surtout connu l’escalade en milieu extérieur avant de s’habituer aux salles avec l’INSA, ne devrait pas non plus être trop difficile à convaincre : « [La section souhaite] mettre l'accent sur la pratique en milieu extérieur qu'on n’a pas trop eu l'occasion de pratiquer jusqu'à présent mais qu'on souhaiterait vraiment développer car l'escalade, ce n'est pas seulement grimper dans des gymnases ou des structures artificielles ! »

        Si Pablo Bedek estime « dommage » qu’il n’existe pas de section escalade loisir – « pour rejoindre l'AS, il faut passer un test de sélection en début d'année en grimpant une voie en tête, il y a en général 7-8 places chaque année » (Christophe Mignard) – l’étudiant en 2A SCAN se satisfait des conditions de pratique proposées à l’AS : « Nous avons deux entraînements de deux heures obligatoires et l'accès à une salle le jeudi après-midi. L'entraîneur donne de nombreux conseils techniques. Il est très expérimenté et motivé pour faire de nombreux projets en extérieur. » Tous sont cependant conscients que le développement de leur section passe par la création d’une association, le nouveau gros projet qui leur offrirait de nouvelles possibilités.

Un gros projet et une « super ambiance »

        La volonté de pratiquer plus régulièrement l’escalade en milieu naturel mais aussi l’espoir de découvrir d’autres lieux de pratique via l’organisation de voyages ou de stages nécessitent une organisation logistique et des financements qui pourraient être plus faciles à obtenir en créant une association. C’est en tout cas la réflexion qu’a eu la section ces derniers mois. Héloïse commence : « Le gros projet pour l'année prochaine est la création d'une association escalade afin de monter de gros projets comme des voyages sur des secteurs mythiques en France ou à l'étranger. » « Nous souhaitons organiser un voyage d’une semaine dans un pays étranger pour y découvrir de nouvelles falaises. Monter une association pourrait aussi permettre à d’autres personnes de pratiquer l’escalade avec l’INSA », estime Pablo. C’est également l’avis de Lauranne qui résume bien les possibilités nouvelles que pourrait offrir une association : « [Ce projet] devrait aboutir pour la rentrée, avec l'objectif de pouvoir proposer de l'escalade et des sorties en extérieur à plus de personnes et plus souvent, mais aussi, pourquoi pas, des événements comme une Nuit de l'escalade par exemple et, à terme, peut-être un voyage, mais rien de défini pour l'instant ! » L’enseignant, qui voit aussi dans ce projet une possibilité de « porter des projets plus ambitieux », se réjouit de l’adhésion de ses étudiants, « très motivés par ce nouveau projet. »

        Ce projet et l’implication des étudiants dans celui-ci s’expliquent sans doute par la très bonne ambiance qui règne dans la section. « L’ambiance est juste merveilleuse ! C’est un plaisir d’y aller à chaque fois et vu qu’on s’y fait de bons amis, on se retrouve en dehors pour aller grimper ou boire une bière. Et on a un entraîneur très impliqué qui rend cette AS très dynamique. », se réjouit Batiste. Lucas apprécie aussi la « super ambiance, très conviviale » et en particulier « l’organisation de repas d’AS où chacun fait la démonstration de ses prouesses culinaires ». Heloïse, qui était une ‘petite nouvelle’ en début d’année, s’est très bien intégrée grâce à cette ambiance en dehors des salles mais aussi pendant les entraînements et les compétitions : « Il y a beaucoup d'émulation à l'entraînement : tout le monde se crie dessus pour s'encourager quand on part dans une voie dure qu'il nous tient à cœur de sortir. (sourire) »

        Ceux qui, comme Héloïse, poursuivent l’escalade à l’AS l’année prochaine, vous poussent à les rejoindre : « N'hésitez pas à venir aux sélections : la sélectivité varie beaucoup en fonction des années, donc venez tenter votre chance ! Même si vous n'êtes pas pris, c'est l'occasion de faire connaissance et de rencontrer tous les grimpeurs de l'INSA (…) il y en a énormément sur le campus et la communauté des grimpeurs est vraiment super chouette ! », encourage-t-elle. D’autant que pratiquer l’escalade est bénéfique pour le corps mais peut aussi s’avérer utile selon Batiste : « L’escalade, c’est un sport en plein développement et vous pourriez vous y découvrir des talents. C’est aussi un sport hyper complet, qui vous sera utile dans plein de situations de la vie, notamment face au fameux problème du portail fermé ! (sourire) » Quant à ceux qui quittent l’INSA et donc la section, ils partent en général, assez tristes, sachant ce qu’ils perdent. Lauranne témoigne : « Pour moi, malheureusement, l'AS c'est fini, et c'est un des trucs qui me manqueront le plus ! J'en profite pour remercier Christophe pour son implication et sa bonne humeur ! » Les générations se succèdent donc au sein de la section escalade, mais le nombre d’étudiants satisfaits, lui, grimpe, grimpe, grimpe…

 

 

Antoine Calvier